Post de Gabriel

Gabriel Amard à Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin) pour parler de la réindustrialisation des territoires

Gabriel Amard, tête de liste Front de Gauche aux élections européennes dans la circonscription Est, était à Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin) le samedi 26 avril pour parler de réindustrialisation des territoires.

Devant les habitants et les militants du Front de Gauche, le candidat aux européennes a d'abord détaillé le programme et la stratégie du FDG. "Nous sommes candidats au pouvoir en France et en Europe, parce qu'il y a une alternative de gauche possible", dit-il, rappelant l'exemple de la victoire de l'alliance des Verts et du Parti de Gauche à Grenoble et les intentions de vote de Syriza en Grèce - équivalent du FDG - qui placent le parti en tête du pays. 

L'objectif premier est de "désobéir aux traités européens et de rompre avec les politiques ultralibérales et austéritaires". Gabriel Amard revendique le respect du vote du peuple et de la souveraineté populaire, rejetant par là le Traité de Lisbonne, digne copie du Traité constitutionnel européen. 

"Le meilleur moyen de réindustrialiser la France est de rompre avec les traités, ces règles absurdes", affirma-t-il, que l'on se situe au niveau national ou au Parlement européen. Si un Etat désobéit, ce sera "l'effet domino". "Alors nous pourrons engager des coopérations renforcées avec les Etats qui le veulent pour lancer la planification écologique et réindustrialiser le pays. Nous investirons massivement dans les énergies renouvelables et l'économie de la mer", explique-t-il. "Où on achète l'acier pour construire les éoliennes, les stations ? A l'autre bout de la terre ou dans nos bassins sidérurgiques?" lança-t-il, avant de louer le savoir-faire des ouvriers.

Il souhaite pour cela plusieurs instruments : une banque publique, nationale ou européenne, qui finance à taux zéro ou à 1%, et une loi ou une directive de réquisition quand l'usine est d'intérêt général. C'est à dire quand la production ou le bassin d'emplois que l'usine représente sert le bien commun. 

Il a enfin rappelé la nécessité du tissu industriel local, pour fabriquer localement et en circuits courts, "notamment dans les vallées rurales, anciennement industrielles, où il faut préserver et raviver l'artisanat et les PME locales pour faire des vêtements, des meubles", comme à Sainte-Marie-aux-Mines, mais a regretté l'inutilité des lois Hamon et Florange pour véritablement reprendre les entreprises en coopératives. 

Gabriel Amard, tête de liste Front de Gauche aux élections européennes - circonscription Est