Post de Gabriel

Les insoumises et insoumis ne font pas campagne comme les autres.

Je publie ici la retranscription de mon intervention à l' Assemblée Représentative de la France insoumise pour la séquence de travail sur la Campagne des européennes.

« Je sais pas bien ce que j'ai à vous dire à cette étape de nos travaux à moins de vous prendre pour des « débiles » puisque dans 10 minutes vous allez être invité par julian Augé du Pôle militer sans tract à travailler en ruches pour justement faire en sorte que les idées de campagne soient les idées de toutes et tous. Je sais que nous sommes capables par notre intelligence collective d'avoir des idées singulières pour faire campagne.
C'est d'ailleurs notre marque de fabrique. La France insoumise fait des campagnes singulières inégalables. La campagne présidentielle fut de belle manière une première. Même nos détracteurs quand ils n'ont plus d'insultes et de caricatures à déverser sont obligés de l'admettre.

En effet nous ne faisons pas campagne comme les autres par notre posture. C'est une poste d'écoute, de rencontre et d'égalité. Nous n'arrivons pas avec des idées toutes faites. Nous ne distribuons pas la bonne parole. Nous ne sommes pas des prédicateurs à dire Asselineau à raison, Varoufakis sait ce qu'il faut faire. Ecoutez Beppe Grillo a fait un bon mot... ou Mélenchon à raison... en dépit du fait qu'il a raison ! Mais ce n'est pas le sujet.

Posture d'écoute, mais pas seulement.
Nous n'avons pas la posture d'un curé de campagne qui écoute en opinant du chef et qui dit « j'entends bien tous vos problèmes, votez pour nous et vous serez sauvés ».

Nous ne faisons pas campagne comme tout le monde parce que nous nous intéressons aux affects, à l'humour, à la passion, nous savons que les fins de mois commencent de plus en plus tôt pour l'immense majorité des gens, les colères nous intéressent et nous nourrissent.
C'est ce que nous faisons déjà avec les porteurs de paroles quand nous demandons dans la rue « Qu'est ce qui vous met en colère ? ».
C'est ce que nous faisons avec nos « brigades mobiles » quand nous demandons « quand est-ce la dernière fois que vous vous êtes sentis heureux ? » ou « quand est-ce la dernière fois que vous avez bien mangé ? ».
C'est ce que fait admirablement bien le pôle Auto-organisation avec notamment des campagnes de Porte à porte pour collecter les colères des gens et en projeter toute l'énergie dans l'action concrête.

Nous ne faisons pas campagne comme tout le monde parce que nous construisons un rapport de force et nous l'assumons. Nous ciblons l'adversaire. « Nous avons les noms et les adresses ».
Pas plus tard que la semaine dernière en Savoie dans le prolongement des ateliers des lois, nous avons testé un « Atelier anti-lobbys » pour ainsi passer à l'action et les débusquer. Les mettre dans la lumière. Mettre leurs pratiques dans la lumière à Bruxelles, Strasbourg et Paris.

Nous ne faisons pas comme E.Macron. Nous n'avons pas une liste de bonnes idées, des spins doctors, des brainstorming. Nous défendons une ligne politique qui a identifié ses adversaires.

Voilà, je me refuse à dire ce qu'il faut faire puisque nous nous apprêtons à le faire collectivement.
Mais juste peut être une consigne ou plus tôt un point de vigilance : « Méfiez vous du flic dans la tête », façon de parler. Pas de barrière mentale, laissez faire votre imaginaire. Inventez sans cesse. C'est pour cela qu'ils nous craignent. Aux européennes nous allons hanter leurs jours et leurs nuits.