Post de Gabriel

Refusons les poulets à la javel américains.

La preuve par l'exemple :

Gabriel Amard, tête de liste du Front de Gauche dans la circonscription Est, s'est rendu à Maynal dans le Jura pour visiter l'exploitation en agriculture biologique de Claude Buchot viticulteur. Il était attendu sur place par plusieurs agriculteurs bio de la confédération paysanne venus l'interroger et l'informer sur les questions alimentaires et écologiques. L'assistance s'est montrée particulièrement préoccupée par le Grand Marché Transatlantique qui met en péril le modèle de production alternatif qu'ils défendent. Gabriel Amard s'est dit partager l'inquiétude des agriculteurs qui verront les quotas d'importations de bœufs multipliés par 3.

Pour Gabriel Amard c'est l'abaissement des normes qui créent les plus grandes préoccupations. "Notre continent pourrait être inondé de marchandises aux normes sanitaires qui ne sont pas en accord avec nos impératifs de qualité". Le candidat à notamment cité le lavage des poulets au chlore, exemple qui rend manifeste le danger que représente cette politique. Cette question a été développé par l'éleveur de poulets présent à la table: "Si les américains utilisent une telle technique c'est qu'il n'y a aucune traçabilité sur leurs produits. Aux Etats-unis les poussins sont élevés dans des conditions effroyables, ils sont passés à la bombe atomique cocktail d'antibiotiques et bain de javel pour éviter les scandales sanitaires de masse. Les américains ne pensent pas aux conséquences à long terme, c'est le scandale qu'ils veulent éviter. Chez nous les poussins sont suivis de la naissance à l'abattoir, on sait précisément ce qu'ils ont mangé où ils ont été élevés. Les précautions nous les prenons dès le début de l'élevage, pas à la fin." Gabriel Amard a dénoncé un système où ce seront les plus pauvres, et les plus précaires, qui seront exposés à ces produits javellisés. "Sans hausse de salaires, les français seront poussés vers cette malbouffe."

Pour l'ensemble des participants, c'est notre souveraineté alimentaire, la possibilité de contrôler ce qui se trouve dans nos assiettes qui est mis en question avec cet accord. Le constat est le même pour le représentant du front de Gauche et les agriculteurs, pour faire du Bio il faut changer en profondeur notre modèle alimentaire et les pratiques agricoles. "Aujourd'hui les terres sont lessivées, il n'y a plus d'humus nécessaire à une production de qualité." Gabriel Amard a insisté sur le rôle du politique pour porter un projet global et un changement des mentalités. "La prise de conscience doit passer par l'école, les collectivités, les efforts ne doivent pas simplement être faits par le monde agricole." "Il faut allier les bonnes conditions de travail des agriculteurs, à l'heure où l'on dénombre un suicide par jour dans le monde agricole. Les circuits courts, l'agriculture biologique permettront seuls aux paysans de retrouver la dignité de leur métier." Pour les agriculteurs comme pour le candidat, l'autonomie alimentaire à grande échelle est possible!