Post de Gabriel

Ascometal : Ne laissons pas notre acier financer les retraites américaines.

1900 salariés sont suspendus à la décision du tribunal de commerce de Nanterre. En effet, le groupe AscoMetal a accumulé une dette de plus de 360 millions d'euros, il a donc été placé en redressement judiciaire. Si Ascométal est malade ce n'est que de mauvaise gestion, le groupe est leader des aciers spéciaux pour l'automobile et l'industrie pétrolière. Il est l'un de nos fleurons participant notamment à la construction du TGV, c'est lui qui en apporte les roues.


Le candidat tête de liste du Front de Gauche, Gabriel Amard dans la circonscription Est s'est dit particulièrement vigilant quant à la situation des usines de Custines et d'Hagondange. « La Lorraine a perdu plus de 50 000 emplois industriels en dix ans. Nous ne devons pas laisser faire un nouveau Florange. » Il s'est dit préoccupé part la nature de certaines offres. Selon lui « des fonds de pension américains, s'apprêtent à fondre sur ce génie français, il faut dire stop à la finance et à la spéculation qui cassent nos outils industriels pour se faire de l'argent frais. Notre acier ne payera pas les retraites américaines. »

 

« Ascométal est un outil fantastique pour la planification écologique que nous appelons de nos vœux. Ses aciers spéciaux sont les meilleurs du monde. Nous en avons besoin pour mener une politique de transport ambitieuse, mais aussi pour enclencher la conversion vers les énergies renouvelables »


« Combien de nouveaux Alstom faudra-t-il pour que la France se mette à sauvegarder son patrimoine industriel. Notre indépendance et nos savoirs-faire doivent être préservés ! » à conclu le candidat du Front de Gauche en marge de son meeting de Nancy où Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon lui ont renouvelé leurs soutiens.