Post de Gabriel

Halte aux méthodes du journal le Monde

Réponse à l'article de l'édition du 30 Mars 2014 intitulé "A Belfort, les salariés d'Alstom sont sous le choc".

Le journal Le Monde a débuté un article sur Alstom en faisant référence à l'action du Front de Gauche devant le site de l'entreprise à Belfort, où nous lancions la caravane du FDG mardi 29 Avril.

Avec les militantes et les militants, nous avons rencontré les salarié-e-s d Alstom et une représentante de l'union départementale CGT, comme nos militant-e-s le font chaque jour dans les luttes sociales à travers le pays.

Un journaliste, d'abord anonyme parmi les militant-e-s, puis se prétendant de Libération a alors parlé moins d'une minute à l'un de nous et prétextant un appel, il s'en est allé sous un tunnel qui se trouvait non loin de là et n'est jamais revenu. Il n'a pas sollicité non plus d'entretien.

Quelle fut notre surprise quand nous avons lu cet article du Monde : la caravane et les militant-e-s auraient gêné les salarié-e-s, c'est là tout à fait contraire aux échos que nous avons eus sur le terrain.

Quel fut notre étonnement de lire à travers la prose du "journaliste" des sous-entendus sur une visite qui serait inutile et qui viserait simplement à exister dans ce scrutin.

Monsieur le "journaliste", Jean-Pierre Tenoux, pense-t-il que les politiques, à fortiori du Front de Gauche, ne doivent pas aller à la rencontre des salarié-e-s ? N'est-ce par leur rôle de défendre l'outil industriel ? Le Monde n'avalise-t-il que la stratégie de Campagne du Front National, où depuis les beaux quartiers parisiens, les sièges des télévisions et des journaux, M. Philippot pérore sur une réalité sociale qu'il n'a jamais rencontrée ?

Les méthodes du Monde sont dignes du journalisme de caniveaux ! Nous continuerons à rencontrer les salarié-e-s, à aller sur le terrain, dans les luttes sociales comme nous le faisons tous les jours depuis des années - quitte à déplaire au journal de révérence.

Gabriel Amard, tête de liste Front Gauche aux élections européennes - circonscription Est

 

Post-Scriptum: 

Jean-Pierre Tenoux nous a depuis affirmé qu'il n'était pas le prétendu journaliste de Libération, nous en prenons acte. Nous trouvons d'autant plus regrettable qu'il se permette un tel commentaire sur notre action alors qu'il n'y a même pas assisté ! Le mystère autour du journaliste de Libération reste entier...Ressortira-t-il un jour du tunnel... ?