l'observatoire insoumis des lobbys en europe

Du lobbying européen ou comment BMW s’achète le droit de polluer encore…

L’Allemagne a rallié des pays pour retarder la réduction d’émission de gaz à effet de serre par les voitures. Une semaine plus tôt, la famille détenant BMW donnait plus de 600 000 euros à la CDU, premier parti du pays…

Blocage au sommet européen sur les questions écologiques ! Les 28 ministres de l’environnement étaient réunis le lundi 14 octobre pour trouver des solutions et des échéances pour réduire les gaz à effet de serre des voitures dans l’Union.

La commissaire chargée du climat Connie Hedegaard et ses alliés, l’Italie et les pays scandinaves en tête, espéraient réduire les émissions de CO2 à 95 grammes par kilomètre d’ici 2020, en accord avec le plan de lutte contre le réchauffement climatique adopté en 2008. Une folie pour les grosses cylindrées allemandes ! L’Allemagne a convaincu le Royaume-Uni et les pays d’Europe centrale. Merkel souhaitait reporter l’échéance à 2024, histoire de laisser plus de temps à ses constructeurs. Le blocage obtenu vaut gain de cause ! La mesure sera négociée à la marge, les intérêts allemands étant conservés…

Pourquoi une telle attitude ? On connaît l’empathie naturelle de l’Allemagne pour BMW, Mercedes et Audi, qui conduit les gouvernements successifs à défendre d’arrache pied les intérêts de la filière automobile nationale. Mais c’est surtout les quelques 690 000 euros que la famille Quandt, détentrice de 46,7% du capital de BMW, a gracieusement donnés à la CDU qui ont changé la donne ! Cinq jours avant la réunion des ministres de l’environnement à Luxembourg qui plus est ! Si ce n’est pas un exemple flagrant du plus sale des lobbyings ! Cela pourrait relever du trafic d’influence !

Certes le financement des partis politiques par des entreprises est autorisé en Allemagne. Certes, la famille se défend en affirmant que le don était prévu de longue date et qu’elle ne voulait pas le réaliser pendant les élections législatives…

Il demeure que ce don intervient au bon moment pour la CDU et pour BMW.

Voilà le visage d’une Europe dominée par les grands groupes, les lobbies qui inondent d’argent les décideurs politiques ! Voilà le visage d’une Europe où la volonté populaire n’est plus ! Où les exigences plus qu’urgentes de planification écologique et de transition énergétique sont balayées d’un revers de la main pour des questions d’argent !

Du balai ! Chassons ces multinationales qui font la pluie et le beau temps dans l’Union européenne ! Vite la révolution citoyenne européenne !