l'observatoire insoumis des lobbys en europe

Veulent ils tuer Jaurès une seconde fois ?

François Hollande en pèlerinage sur les terres socialistes, on croit rêver ? Et bien non, même cela il l'aura fait. Non content de s'en prendre au système social français, à la solidarité du territoire, aux collectivités locales, aux services publiques et aux fonctionnaires, il s'en prend à Jaurès. Comment peut on rendre hommage à Jaurès lorsque l'on est responsable de l'appauvrissement d'une parti toujours plus grande de la population. Aujourd'hui il y aurait près de 9 millions de pauvres dans notre pays. Et pendant ce temps là les solfériniens osent, sans sourciller, prendre possession des symboles de Gauche. Pourtant, les caciques du parti dit socialiste n'en ont plus rien à faire de la justice sociale, du partage des richesses, de la France ouvrière et agricole. Ils ne voient que par le marché, la compétitivité et la rentabilité. Veulent ils tuer Jaurès une seconde fois ?

Lire la suite...

Ecologistes, socialistes de gauche, refusez l'austérité

Ne donnez plus votre voix à la politique qui fait souffrir le peuple.

Chaque député PS ou EELV devra se prononcer le 29 avril. C'est un vote à 50 milliards. 50 milliards d'euros de coupes sombres dans les budgets de l'Etat, de la Sécurité sociale et des collectivités. 50 milliards pour calmer le courroux de Mme Merkel et de la Commission européenne. 50 milliards pour assommer une fois pour toutes les Français et empêcher la relance économique, au nom de la réduction des déficits et de la dette publics.

Lire la suite...

Lettre de Gabriel Amard à Emmanuel Giboulot

Cher monsieur,
je vous adresse tout mon soutien , suite à votre condamnation à 500 e d'amende, pour avoir refusé d'empoisonner les sols et les hommes en utilisant des pesticides en traitement préventif de vos vignes.

En effet, votre combat est très important pour nous,  les tenants de l'ecosocialisme qui fait la synthèse entre les questions sociales et écologiques. Votre condamnation est la démonstration de l'absurdité du système productiviste prêt à condamner ceux qui refusent d'empoisonner les sols. Votre condamnation est politique : l'acte de désobéissance que vous avez posé,  ils ne le supportent pas car il démontre leur subordination aux profits et à l'argent.

Lire la suite...

Valls et l'austérité, une histoire d'amour

Le nouveau premier ministre Manuel Valls subit déjà le lobbying courtois, mais non moins réel de la Commission européenne et de l'Allemagne pour appliquer l'austérité.

La nomination du libéral Manuel Valls jadis nommé le « Sarkozy de gauche », au poste de premier ministre d'un gouvernement quasi exclusivement solférinien a fait la une de tous les journaux français et européens cette semaine. Il est vrai, M. Valls fait sensation. Alors que la débâcle du PS aux élections municipales démontre le décrochage de son électorat populaire, qui rejette massivement l'austérité et souhaite une politique sociale, François Hollande a choisi en Manuel Valls l'homme réputé le plus à droite du PS. Il estime probablement que pour mener une politique de droite, il est le mieux placé, et il aura raison. Presque un gouvernement de cohabitation en fait.

Lire la suite...

Le Conseil Constitutionnel tue la loi Florange


Si ce n'était pas si grave pour des milliers de salariés, on pourrait presque en rire. Le vaudeville hollandais de la trahison des ouvriers continue de plus belle.

Hier, le Conseil constitutionnel a en effet retoqué la loi Florange, initialement destinée à empêcher les licenciements abusifs pour les entreprises de plus de 1000 salariés, et rééquilibrer ainsi les rapports de force entre la force de travail et la propriété du capital. Las, après son passage par les lessiveuses parlementaires socialistes shampouinées par les lobbys paniqués, il ne restait déjà plus rien de cette loi. Le texte obligeait simplement les dirigeants à « chercher » un repreneur pendant trois mois sous peine de bien maigres pénalités ; mais elle ne les forçait évidemment pas à trouver, ce serait déjà trop demander aux rapaces qui restructurent à leur guise leur capital mondialisé, déplacent les hommes et les femmes comme on déplace des pions sur un Monopoly. Or qui peut penser que les capitalistes aient envie de chercher sérieusement un concurrent à qui céder l'unité de production ? Les bisounours socialistes, éventuellement. Quoique, le cynisme est leur marque.

Lire la suite...

Les lobbys ont gagné une bataille, pas la guerre


A l'approche de la journée mondiale de l'eau, les lobbys auraient obtenu que la Commission européenne n'examine pas l'ICE Right 2 Water.

Le 22 mars prochain, nous fêterons la journée mondiale de l'eau. Ce sera l'occasion pour tous les partisans du droit à l'eau potable et l'assainissement mais aussi à tous les défenseurs de la gestion publique de l'eau de porter haut et fort nos valeurs. Ces valeurs qui font passer l'être humain avant les profits des multinationales. Ces valeurs qui mettent l'humain d'abord.

Lire la suite...