• Débusquons les Lobbys ?

    Ils s’insinuent dans nos assiettes, dans nos robinets, dans nos trajets, dans l’atmosphère. Ils forcent l’entrée de nos écoles, de nos gares, de nos hôpitaux. Ils tirent les ficelles de dirigeants au mieux complaisant pour leur permettre de répandre leur camelote dans toute l’Europe : glyphosates et pesticides, travail au rabais et autres casses sociales, réseau ferroviaire dépecé et autres privatisations de nos biens communs...

    En savoir plus
  • Les lobbys en Europe - Le grand trafic néolibéral

    Gabriel Amard a lutté pendant 25 ans, pour sortir les lobbys et la finance de la vie communale. Son combat le plus emblématique est sans nul doute celui contre les multinationales de l’eau, qu’il raconte dans La Guerre de l’eau, et L’eau n’a pas de prix. Pour toutes ses actions en faveur des biens communs du vivant, il s’est vu remettre un passeport de citoyenneté universelle à la Maison de l’UNESCO en mai 2013.

    En savoir plus
au fil de l'actualité
Défendre les biens communs et les services publics !

Activité extra-parlementaire

Les députés européens Front de Gauche feront la promotion de la gestion publique – notamment de l’eau – partout où elle est possible, tout en signalant que celle-ci doit s’accompagner d’un contrôle citoyen et de la prise en compte des enjeux écologiques. En plus de soutenir les syndicalistes qui défendent le service public, nous nous engagerons dans la création d’un comité de vigilance européenne sur la destruction des services publics.

 

Activité parlementaire

Conformément à l’idée que nous nous faisons des droits humains, nous proposerons la sanctuarisation des services publics gérant les biens communs, ce qui requiert une gestion publique. Par conséquent, nous nous opposerons à l’ensemble des textes qui entendent déréguler les marchés et promouvoir la libéralisation des services publics.

Cela suppose de proposer une révision de la législation sur la concurrence et de refuser le Grand marché transatlantique, dont l’un des termes est l’ouverture totale des marchés publics. Notre proposition va à rebours de cette logique : c’est l’instauration d’une clause autorisant la libre administration des biens communs, donc le droit à gérer de manière publique, en collectivité ou par l’État, les services publics. Mais c’est également une clause autorisant le protectionnisme dans le cadre des marchés publics, a minima européen, et l’autorisation de conditionner le marché public à des normes élevées en matière sociale, environnementale, et de proximité.

 

suivez-moi

facebook

instagram

boîte à outils

Agenda

Vidéos

Faites la loi vous mêmes

Audios

Téléchargements

Liens amis

Publications

Rechercher