Communiqués

Soutien aux cheminots de toute l'Europe, NON au 4e paquet ferroviaire.

Mardi 25 février à Strasbourg aura lieu devant le Parlement Européen un grand rassemblement de tous les cheminots de l'Union européenne pour dire NON au 4e paquet ferroviaire. Au même moment, les députés européens devront se prononcer sur ce 4e paquet, qui est une étape de plus franchie vers la libéralisation totale du système ferroviaire en Europe.

Qu'elle est loin l'Europe politique, l'Europe des droits, pour laquelle je me bats quand on voit ce qui est proposé dans ces textes : la mise en concurrence à l'échelle européenne des activités de transport ferroviaire au détriment des conditions sociales et du service public.
Les parlementaires européens doivent s'opposer à cette logique stupide qui consiste en la séparation des activités de gestion de réseau des activités de transport de personne et de marchandise.

Lire la suite...

La lutte des salariés des librairies chapitre ne doit pas rester lettre morte.

Communiqué de Gabriel Amard - Candidat PG aux élections Européennes

Les librairies chapitres, placées en liquidation judiciaire connaîtront une journée historique ce lundi 24 Février. Le comité d'entreprise de la société chapitre examinera le plan social qui concerne 434 salariés. Sur les cinquante quatre établissements, vingt trois n'ont pas été repris. Aujourd'hui la mobilisation des salariés continue. Depuis deux semaines, huit librairies sont entrées en résistance et sont occupées par les salariés (Lyon, Montbéliard, Colmar, Belfort, Evreux, Boulogne, Tour et Nantes). Ceux-ci entendent prendre sur les stocks la prime de licenciement qui leur revient de droit, si les compensations financières prévues par la direction se révèlent indécentes.

Lire la suite...

Dépalor : du respect s'il vous plait !

Il y a plus de six mois maintenant, le 23 juillet 2013 dans la nuit, une partie de l'usine Dépalor, située à Phalsbourg et appartenant au groupe SWISS KRONO GROUP, groupe spécialisé dans la commercialisation de produits à base de bois, était ravagée par les flammes.
 
Depuis, les salariés sont dans l'attente de connaître leur sort. Il avait déjà fallu déjà six mois à la direction pour décider que le site ne serait pas reconstruit, alors que 60% est encore valorisable. Maintenant, les salariés doivent faire avec les atermoiements d'une direction qui semble fuir le dialogue, alors que le Plan de Sauvegarde de l'Emploi doit être finalisé pour le mois d'avril au plus tard. Alors que les négociations n'en sont qu'à leurs débuts, les dirigeants locaux font tout pour retarder le bon déroulement du PSE, refusant de livrer des documents qui permettraient aux salariés de valoriser leur site et de trouver d'éventuels repreneurs.

Lire la suite...

Soutien aux salariés de Parker

Depuis le 13 février, les salariés du groupe Parker sont en grève pour dénoncer le plan de licenciement annoncé le 25 janvier dernier et qui prévoit le licenciement de 220 salariés dans toute la France, dont 80 a Dijon.

Le groupe PARKER HANNIFIN est un fournisseur industriel dans le domaine des technologies de mouvement. C’est un groupe composé de salaries de qualités, ayant un savoir faire technique très important. La volonté de délocaliser la production en république tchèque est en plus une erreur stratégique pour le groupe qui se privera donc d’un savoir faire important. Un groupe de travail est d’ailleurs allé dans ce sens.

Le parti de gauche soutien cette lutte des salariés de Parker, opposés a un groupe qui ne se contente pas de ses 12 milliards de bénéfices annuels en dollars.

Les salariés d'Han-sur-Meuse victimes des lobbyistes américains !

Le Groupe Huntsman Corporation a décidé de restructurer son activité de production de tensioactifs en Europe. Sa première victime : l'usine de Han-sur-Meuse. Quatre-vingt salariés sont ainsi menacés par des suppressions de poste, dans une région déjà dévastée par la crise. Le groupe a pourtant un chiffre d'affaire faramineux, plus de 11 milliard de dollars chaque année. Le site de Han-sur-Meuse est tout à fait rentable puisqu'il dégage chaque année près de un million d'euros de résultat net.

La logique prédatrice des financiers à la tête de l'entreprise précipite toute une vallée dans l'incertitude et la précarité. Ces patrons voyous n'ont même pas pris en compte les revendications des syndicats touchant notamment aux conditions de reclassement des salariés. Cette façon d'agir est une constante de l'entreprise qui a fait de la sorte lors de sa précédente restructuration, dans ses usines Suisses du Valais, en février 2013.
 
Ces patrons qui ont si peu de scrupules ont un visage et une adresse. Ils sont même bien connus des cercles de pouvoir européen et français. La société est aux mains de la famille Huntsman. Jon Huntsman Jr, ancien candidat à l'investiture républicaine pour l’élection présidentielle américaine de 2012, membre du conseil d'administration de Huntsman Corporation est également président de l'Atlantic Council, un lobby américain, interlocuteur privilégié de la Commission européenne. Ce mardi 18 février 2014, Jon Huntsman Jr a reçu dans les locaux du Council, à Washington, Karel de Gucht, commissaire Européen au commerce, en charge des négociations, TTIP/TAFTA, sur le Grand marché transatlantique.

Lire la suite...

No Pasaràn, No a la represion !

Ce week-end, une atteinte grave à la démocratie a eu lieu en Espagne à Alcalá de Henares, dans la région de Madrid. Dans la nuit de vendredi à samedi, la police a donné l'assaut à un local du Parti communiste espagnol. L'attaque a fait quatre blessés, la police a procédé à deux interpellations et a saisi du matériel informatique.
 
Dans la nuit du 14 au 15 février, 30 policiers ont fait irruption, sans autorisation, dans le centre social « las treces rosas », propriété du PCE. Les Jeunesses communistes organisaient là un événement de soutien aux jeunes touchés par la répression policière. Ce centre sert depuis de nombreuses années de lieu de rencontre des militants progressistes de la région.

Lire la suite...

Non au plan de licenciement d'Hunstman corporation

Hier, le groupe Hunstman corporation a annoncé un plan de licenciement de 65 salariés sur les 200 que compte son site de Hans-Sur-Meuse (Meuse), spécialisé dans la production de tensioactifs permettant la fabrication de produits d’hygiène et de détergents.

Ce plan de licenciement est simplement inacceptable. Plein de cynisme, la direction du groupe, qui a réalisé 8.5 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2012, a annoncé qu'elle souhaitait se recentrer sur ses activités les plus lucratives.

Lire la suite...

Gabriel Amard, candidat du Parti de Gauche aux élections européennes, aux côtés des Meurthe-et-mosellans dans leurs combats pour Nancy et pour le maintien de l'emploi industriel.

Gabriel Amard, secrétaire national du PG, Président de la Gauche par l'Exemple, candidat du PG aux élections européennes, était présent hier, jeudi 23 janvier en Meurthe et Moselle.

Il a rencontré l'union locale CGT de Pont-à-Mousson, qui l'a informé des inquiétudes des salariés de l'usine Saint-Gobain PAM concernant la poursuite de leur activité. Le site a vu en dix ans ses effectifs diminuer de 60 % passant de 5000 employés en 2004 à 2300 aujourd'hui. Les syndicalistes sont en alerte, suite aux 10 jours de chômage partiel subis par les ouvriers l'année dernière et du fait de la faiblesse des commandes en canalisation de 6 mètres.

Lire la suite...

Gabriel Amard, candidat aux élections européennes, à la rencontre des syndicalistes de l'usine Saint-Gobain et de l'hôpital de Pont-à-Mousson le jeudi 23 janvier.

Gabriel Amard, Secrétaire national du Parti de Gauche chargé des élu-e-s et des radicalités concrètes, Président de la Gauche par l'Exemple, l'association des élu-e-s du Parti de Gauche et apparentés, et candidat du Parti de Gauche aux élections européennes, rencontrera, le jeudi 23 janvier 2014, les syndicalistes CGT de l'usine Saint-Gobain de Pont-à-Mousson ainsi qu'une délégation CGT de l'hôpital de la ville. La réunion aura lieu à 17h30 au local de la CGT de l'usine.

Lire la suite...

MILITONS