Communiqués

Halte aux méthodes du journal le Monde

Réponse à l'article de l'édition du 30 Mars 2014 intitulé "A Belfort, les salariés d'Alstom sont sous le choc".

Le journal Le Monde a débuté un article sur Alstom en faisant référence à l'action du Front de Gauche devant le site de l'entreprise à Belfort, où nous lancions la caravane du FDG mardi 29 Avril.

Avec les militantes et les militants, nous avons rencontré les salarié-e-s d Alstom et une représentante de l'union départementale CGT, comme nos militant-e-s le font chaque jour dans les luttes sociales à travers le pays.

Lire la suite...

Présentation du programme et de la liste à Montigny-lès-Metz le 29 avril

Après une journée riche en luttes aux cotés des salariés d'Alstom à Belfort et dans la vallée de la Fensch pour rencontrer les ouvriers et les syndicalistes déçus de la droite et du PS, Gabriel Amard, tête de liste du Front de Gauche, s'est rendu à Montigny-les-Metz (salle Europa) à 20h pour la présentation de la liste Front de Gauche, Rompre et refonder l'Europe soutenue par Jean-Luc Mélenchon.

Lire la suite...

Alstom : A la tête de GE France Clara Gaymard doit jubiler.

En préférant l'offre de Général Electric à la signification du report pur et simple des négociations de cessions du groupe Alstom, le Conseil d'Administration de la firme démontre l'inefficacité des gesticulations gouvernementales. Il rend aussi manifeste l'appétit de l'argent de ces financiers qui semblent plus fort que la possibilité de construire un avenir national à nos industries.

Lire la suite...

Gabriel Amard à Belfort en soutien aux salariés

Gabriel Amard, tête de liste du Front de Gauche dans l'Est s'est rendu ce mardi 29 avril à l'usine Alstom de Belfort. Il y a lancé la tournée de sa caravane de campagne qui ira au plus proche des difficultés des habitants de la circonscription.

Gabriel Amard a été accueilli par les salariés d'Alstom inquiets pour leurs emplois. Le candidat tête de liste du Front de Gauche dans l'Est en a appelé à une réaction politique plus forte. "Les larmes de Crocodile de Monsieur Montebourg doivent cesser de couler." "Agir ce n'est pas simplement s'émouvoir et gesticuler. Nous avons besoin d'Alstom, c'est un fleuron essentiel de notre économie, une fierté pour ses salariés et pour la France, mais aussi une pièce maîtresse dans la mise en place de la planification écologique qui doit bouleverser notre rapport à l'énergie."
Sur place Gabriel Amard constate à quel point les salariés sont méprisés .

Lire la suite...

Un nouvel incident à Fessenheim: fermons la centrale!

Il ne faut plus tarder. Un incident électrique a causé un dégagement de fumée à la centrale nucléaire de Fessenheim, jeudi 24 avril, dans la zone non nucléaire de la zone 1.

Après la fermeture temporaire de deux réacteurs, c'est le troisième incident en deux semaines sur le site qui aura 40 ans en 2018.

Lire la suite...

Rassemblement néo-nazi à Oltingue : No Pasaran!

Un rassemblement néo-nazi s'est déroulé dans la salle polyvalente de la commune Oltingue dans le Jura alsacien le samedi 19 avril, probablement en commémoration des 125 ans de la naissance d'Adolf Hitler.

Sans incriminer le maire d'Oltingue qui semble avoir été trompé sur la nature du rassemblement, je condamne avec la plus grande fermeté ce regroupement macabre qui ravive la mémoire du déchirement meurtrier de l'Europe, des camps de concentration et d'extermination, de la Shoah, et des génocides des Tziganes et des homosexuels.

Lire la suite...

Nucléaire: il faut fermer Fessenheim !

Depuis hier soir les deux réacteurs de Fessenheim sont à l'arrêt. Le second réacteur s'est arrêté suite à un incident de soupape. C'est le second incident en moins de 10 jours sur le site qui aura 40 ans en 2018.
Cette alerte sans frais nous rappelle qu'il y a urgence. Il faut fermer Fessenheim qui a dépassé sa durée de vie. Pourtant le gouvernement a repoussé la fermeture du site, qu'il avait initialement promis en 2016. Les intérêts financiers du lobby d'Areva et d'EDF continuent hélas de primer sur notre sécurité.

Lire la suite...

C'EST LE  COÛT DES PROFITS QUI COÛTE CHER À L'USAGER DES TRANSPORTS

La preuve par l’exemple.

En 2007, le Conseil Général du Jura devenait propriétaire de l'aéroport de Dole-Tavaux qu'il a ensuite confié en délégation à un groupement composé de Keolis (51%) et de la CCI du Jura (49%).


Cet aéroport est une structure autant inutile et anti-écologique qu'elle est un puits sans fond pour les finances publiques. En effet, souffrant de la concurrence avec l'aéroport voisin de Dijon (50 km) et avec les lignes ferrées à grande vitesse, cet aéroport ne propose qu'un à cinq vols par jours, avec seulement une dizaine de destinations possibles.


Lire la suite...

MILITONS