Communiqués

Conflits d'intérêts au Ministère de la Santé

Mediapart a révélé la semaine dernière que d'anciens hauts responsables (années 1990 et 2000) des agences du médicament, dépendant du Ministère de la Santé, qui donnaient leur avis sur la commercialisation de médicaments, mais aussi leur taux de remboursement par l'assurance maladie rencontraient régulièrement des dirigeants des laboratoires pharmaceutiques de manière informelle à Paris ou à Marseille. Lors de ces rencontres, il semble que les experts sanitaires conseillaient les industriels sur les meilleures manières de présenter leurs dossiers en vue d'obtenir les autorisations tant recherchées des agences. En échange de ces conseils avisés, il semblerait aussi qu'ils aient reçu de l'argent qui se compte en plusieurs milliers d'euros à chaque rencontre. Si ces révélations s'avéraient vraies, il s'agirait de prise illégale d'intérêts et de corruption, de faits extrêmement graves, et ce d'autant qu'il concerne la santé des Français et les comptes de la Sécurité sociale.

Lire la suite...

Soutien aux associations opposées à l'enfouissement des déchets nucléaires à Bure

Le jeudi 26 mars, le tribunal de Grande Instance de Nanterre a estimé que les associations Réseau "Sortir du nucléaire", Bure Stop 55, le CEDRA, l’ASODEDRA, Les Habitants Vigilants de Gondrecourt et MIRABEL Lorraine Nature Environnement n'avaient pas intérêt à agir dans le recours qu'elles ont porté contre l'ANDRA (Agence pour la gestion des déchets radioactifs), au motif que seules les autorités publiques sont abilitées à poursuivre l'agence pour faute. Le TGI a ainsi refusé de prendre acte de la faute commise par l'ANDRA dans sa mission d'information.

Il semble en effet que l'agence n'ait pas tenu compte de tous les critères de sûreté. L'ANDRA se refuse à enfouir des déchets nucléaires dans une zone où le potentiel géothermique est avéré. Sa mission d'information confirmait l'absence de ce potentiel. Or le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), le cabinet d’experts indépendants GEOWATT et l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) reconnaissent aujourd'hui cette ressource géothermique comme exploitable.

Lire la suite...

Premier tour des élections départementales, l’opposition de gauche est en progression

Le constat du premier tour des élections départementales est sans appel. L'abstention touche près d'un électeur sur deux. C'est le premier parti de France. Mais sa progression n'est pas due à un désintérêt pour la chose publique. Au contraire, l'abstention est politique : elle marque l'incompréhension face à un scrutin où personne ne connaît les futurs compétences des conseils généraux, quelques mois seulement après l'annonce de leur suppression. Elle est surtout le symbole d'un rejet de la classe politique, qui méprise le peuple, ne respecte plus sa volonté, et qui met à mal la démocratie.

L'alliance libérale et pro-austérité UMP-UDI est largement en tête et en passe de diriger la majorité des départements. Le FN, que beaucoup disaient premier parti de France, est deuxième, loin derrière la droite, mais s'assure les prémices d'un ancrage territorial. Il a fourni des arguments de choix à l'UMP et au PS pour que leurs électeurs votent utiles. Le PS loin de résister, est balayé. Les électeurs socialistes se sont majoritairement abstenus rejetant la politique libérale de François Hollande et de Manuel Valls et leur inféodation à la Commission européenne et au gouvernement Merkel.

Lire la suite...

La France doit agir pour la Grèce

Le lundi 23 mars, Alexis Tsipras était reçu par Angela Merkel pour une visite d'Etat. Si les échanges furent, semble-t-il, cordiaux et empreints d'un désir de compréhension mutuelle, il demeure que la chancelière se refuse à adoucir sa position concernant la dette grecque, les réformes structurelles et le déblocage de la première tranche d' « aide ». Rappelons que cette « aide » financière n'est destinée qu'aux créanciers de la Grèce, une grande partie du budget de l'Etat étant consacré au remboursement de la dette qui a plus que triplé depuis l'imposition par la Troïka, désormais « Institutions », des réformes structurelles.

Alors que le gouvernement allemand tient les rênes des négociations, il sous-traite ces questions à l'Eurogroupe et son président Jeroen Dijsselbloem, qui ne font qu'avaliser le point de vue de Merkel et Schaüble.

Le 8 avril, sans cet argent, la Grèce sera à court de liquidités et fera défaut, ne pouvant rembourser aux échéances sa dette.

Lire la suite...

L'heure est aux remerciements

Le résultat des élections européennes est d’une extrême gravité. Pour la première fois en France depuis la Libération, un parti d’extrême droite arrive en tête des élections. Certes, l’abstention est le premier parti  du pays. Mais désormais, la crédibilité du FN s’est accrue, alors qu’il aspire à diriger le pays.

La « gauche » dans son ensemble est à ses plus bas historiques.  Le Front de Gauche s’est maintenu et a progressé dans la circonscription Est par rapport aux élections européennes de 2009. 42 000 électeurs de plus ont voté pour notre liste, soit une hausse de 50%, ce qui est exceptionnel dans ce contexte. J'en remercie d'autant plus chaleureusement au nom du Front de Gauche les électeurs qui ont choisi l'opposition de gauche aux politiques d'austérité et de libre-échange.  

Mais ce fut insuffisant, puisque le FDG ne bénéficie pas de la chute du PS et d’EELV.

Les responsables de la débâcle sont connus. F.Hollande et son gouvernement qui mènent une politique  de droite contre le peuple et notamment contre les catégories populaires, qui l’ont pourtant élu. L’Union européenne, qui est aujourd’hui perçue comme une menace et non plus comme une protection, du fait de l’austérité qu’elle impose à tous les peuples. Mais c’est toute la gauche qui est sanctionnée, même le FDG pourtant farouchement opposé aux politiques d’austérité de M. Hollande et de M. Valls.

Lire la suite...

Déclaration du SN du PG

Le Bureau National du Parti de Gauche reviendra plus amplement ce week-end sur les élections européennes et les enseignements à en tirer.  En attendant, voici la première réaction du Secrétariat National après sa réunion de lundi soir.

Le résultat des élections européennes constitue une nouvelle terrible pour notre pays. Pour la première fois depuis la libération, un parti d’extrême droite est en tête dans une élection générale. Certains voudraient relativiser le danger en tablant sur le nombre élevé d’abstention et en considérant qu’il s’agirait plus d’un vote de rejet que d’adhésion. Nous ne partageons pas cette analyse. Bien sûr, le premier parti reste de loin celui des abstentionnistes. Mais dans ce contexte de « révolte civique », le FN dispose aujourd’hui du plus gros contingent d’électeur adhérant à ses thèmes.  Cela donne désormais crédit à l’ambition du FN de prendre un jour le pouvoir dans ce pays.

La nouvelle est d’autant plus alarmante qu’aucune éclaircie ne vient du côté de la « gauche ». Le résultat global des partis qui s’en réclament la renvoie à ses plus bas étiages historiques. Le PS subit ainsi son plus mauvais score de toutes les élections. Certes le FDG est la seule force de gauche à conserver son résultat de 2009 et même à gagner des voix (+ 158 478 en France métropolitaine) mais cela reste sans rapport avec ce qui serait nécessaire. Nous ne bénéficions en effet pas de la dégringolade du PS et d’EELV. En outre nous perdons un député européen en la personne de Jacky Hénin.

Lire la suite...

Gabriel Amard pour la dernière réunion publique de la campagne à Saint-Claude

J'étais à Saint-Claude dans mon département, dans le Jura, pour la dernière réunion publique de la campagne, qui fut une véritable course de vitesse pour imposer nos idées dans le débat public : l'opposition au Grand Marché transatlantique, l'impérative relance économique via la planification écologique et la réindustrialisation, la nécessité de construire un euro solidaire, la rupture avec l'austérité et l'Europe néolibérale pour refondre un projet coopératif, solidaire, écologique et social.

Lire la suite...

Gabriel Amard soutient les salariés de Senerval

Le Front de Gauche et Gabriel Amard, tête de liste FDG aux élections européennes dans l'Est, ont organisé une réunion publique portant sur le combat des salariés de Senerval, le mercredi 21 mai à 19h30 à la salle Magistrale, Cap Europe Appart'hôtel (6 rue de Bitche) à Strasbourg. L'objectif était de donner la parole aux Senerval, salariés dont la lutte est exemplaire, mais qui demeure encore trop méconnue du grand public.

Lire la suite...

Fronts de Gauche sans frontières

Le mardi 20 Mai, la liste Front de Gauche pour l'élection européenne dans la circonscription Est a rassemblé l'Europe sociale et syndicale pour reprendre la main et renverser la table.

Lire la suite...

MILITONS