Communiqués

Enfouissement nucléaire à Bure : Macron se moque du peuple et de l’environnement !

Alors que la loi Macron sera définitivement adoptée ce vendredi 10 juillet 2015, avec la troisième utilisation en moins d’un an sur un même texte de l’article 49.3 de la Constitution, le gouvernement a de manière sournoise accepté un amendement sur l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure de Gérard Longuet un jour avant le passage final devant l’Assemblée nationale !

Lire la suite...

MJC en danger, éducation populaire attaquée !

Les maires, pour la plupart qui se disent « républicains », réalisent partout dans le pays une attaque en règle contre les Maisons de la Jeunesse et de la Culture, les associations culturelles, et les festivals. Arguant de la baisse sans précédent des dotations de l’Etat décidées par le gouvernement social-libéral de Messieurs Hollande et Valls, les élu-e-s « Les Républicains » suppriment partout en France les subventions aux MJC, aux associations culturelles, annulent des festivals. A Lons-le-Saunier (Jura), dans ma ville, la MJC a été contrainte de fermer l’année dernière. A Chilly-Mazarin (Essonne), la MJC a été condamnée, à Savigny-sur-Orge (Essonne) elle se bat pour sa survie. A Chambéry (Savoie), Aubagne (Bouches-du-Rhône) et Pont-de-Chéruy (Isère), les MJC sont en danger. Sur la carte de France de suppression des festivals, de nouvelles villes se rajoutent chaque semaine.

Lire la suite...

Gabriel Amard participe à la marche contre Monsanto le samedi 23 mai à Chalon sur Saône

Ancienne tête de liste aux élections européennes 2014 dans la circonscription Est (Front de Gauche), co-initiateur de Majorité citoyenne Jura, signataire de rassemblement-citoyen.org en Bourgogne-Franche-Comté, je participerai samedi 23 mai 2015 à la marche mondiale contre Monsanto organisée à Chalon sur Saône, et me joindrai à tous les citoyen-ne-s opposé-e-s aux OGM et à la brevetabilité du vivant qu'organisent cette multinationale, comme tant d'autres.

Lire la suite...

Suppressions de postes et restructurations à Vallourec : l’Etat doit agir

Le groupe Vallourec constate une baisse de son chiffre d'affaires de 17,2%. Le producteur de tubes sans soudures, leader mondial du secteur, a pour client les compagnies pétrolières et nucléaires. Face à la baisse des cours de brut, les clients de Vallourec revoient très fortement à la baisse leurs investissements, ce qui entraîne une chute des commandes de Vallourec. Ce dernier prévoit de réduire d'un tiers ses capacités de production de tubes en Europe.

Le PDG a donc annoncé une politique de compétitivité axée sur un plan d’économies (350 millions d’euros) et de suppressions de postes, dont 2000 (15% des effectifs) en Europe et 900 en France. Les sites de Montbard (Nièvre) et de Saint-Saulve et Aulnoye-Aymeries (Nord) seront vivement touchés.

Lire la suite...

Conflits d'intérêts au Ministère de la Santé

Mediapart a révélé la semaine dernière que d'anciens hauts responsables (années 1990 et 2000) des agences du médicament, dépendant du Ministère de la Santé, qui donnaient leur avis sur la commercialisation de médicaments, mais aussi leur taux de remboursement par l'assurance maladie rencontraient régulièrement des dirigeants des laboratoires pharmaceutiques de manière informelle à Paris ou à Marseille. Lors de ces rencontres, il semble que les experts sanitaires conseillaient les industriels sur les meilleures manières de présenter leurs dossiers en vue d'obtenir les autorisations tant recherchées des agences. En échange de ces conseils avisés, il semblerait aussi qu'ils aient reçu de l'argent qui se compte en plusieurs milliers d'euros à chaque rencontre. Si ces révélations s'avéraient vraies, il s'agirait de prise illégale d'intérêts et de corruption, de faits extrêmement graves, et ce d'autant qu'il concerne la santé des Français et les comptes de la Sécurité sociale.

Lire la suite...

Soutien aux associations opposées à l'enfouissement des déchets nucléaires à Bure

Le jeudi 26 mars, le tribunal de Grande Instance de Nanterre a estimé que les associations Réseau "Sortir du nucléaire", Bure Stop 55, le CEDRA, l’ASODEDRA, Les Habitants Vigilants de Gondrecourt et MIRABEL Lorraine Nature Environnement n'avaient pas intérêt à agir dans le recours qu'elles ont porté contre l'ANDRA (Agence pour la gestion des déchets radioactifs), au motif que seules les autorités publiques sont abilitées à poursuivre l'agence pour faute. Le TGI a ainsi refusé de prendre acte de la faute commise par l'ANDRA dans sa mission d'information.

Il semble en effet que l'agence n'ait pas tenu compte de tous les critères de sûreté. L'ANDRA se refuse à enfouir des déchets nucléaires dans une zone où le potentiel géothermique est avéré. Sa mission d'information confirmait l'absence de ce potentiel. Or le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), le cabinet d’experts indépendants GEOWATT et l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) reconnaissent aujourd'hui cette ressource géothermique comme exploitable.

Lire la suite...

Premier tour des élections départementales, l’opposition de gauche est en progression

Le constat du premier tour des élections départementales est sans appel. L'abstention touche près d'un électeur sur deux. C'est le premier parti de France. Mais sa progression n'est pas due à un désintérêt pour la chose publique. Au contraire, l'abstention est politique : elle marque l'incompréhension face à un scrutin où personne ne connaît les futurs compétences des conseils généraux, quelques mois seulement après l'annonce de leur suppression. Elle est surtout le symbole d'un rejet de la classe politique, qui méprise le peuple, ne respecte plus sa volonté, et qui met à mal la démocratie.

L'alliance libérale et pro-austérité UMP-UDI est largement en tête et en passe de diriger la majorité des départements. Le FN, que beaucoup disaient premier parti de France, est deuxième, loin derrière la droite, mais s'assure les prémices d'un ancrage territorial. Il a fourni des arguments de choix à l'UMP et au PS pour que leurs électeurs votent utiles. Le PS loin de résister, est balayé. Les électeurs socialistes se sont majoritairement abstenus rejetant la politique libérale de François Hollande et de Manuel Valls et leur inféodation à la Commission européenne et au gouvernement Merkel.

Lire la suite...

La France doit agir pour la Grèce

Le lundi 23 mars, Alexis Tsipras était reçu par Angela Merkel pour une visite d'Etat. Si les échanges furent, semble-t-il, cordiaux et empreints d'un désir de compréhension mutuelle, il demeure que la chancelière se refuse à adoucir sa position concernant la dette grecque, les réformes structurelles et le déblocage de la première tranche d' « aide ». Rappelons que cette « aide » financière n'est destinée qu'aux créanciers de la Grèce, une grande partie du budget de l'Etat étant consacré au remboursement de la dette qui a plus que triplé depuis l'imposition par la Troïka, désormais « Institutions », des réformes structurelles.

Alors que le gouvernement allemand tient les rênes des négociations, il sous-traite ces questions à l'Eurogroupe et son président Jeroen Dijsselbloem, qui ne font qu'avaliser le point de vue de Merkel et Schaüble.

Le 8 avril, sans cet argent, la Grèce sera à court de liquidités et fera défaut, ne pouvant rembourser aux échéances sa dette.

Lire la suite...

L'heure est aux remerciements

Le résultat des élections européennes est d’une extrême gravité. Pour la première fois en France depuis la Libération, un parti d’extrême droite arrive en tête des élections. Certes, l’abstention est le premier parti  du pays. Mais désormais, la crédibilité du FN s’est accrue, alors qu’il aspire à diriger le pays.

La « gauche » dans son ensemble est à ses plus bas historiques.  Le Front de Gauche s’est maintenu et a progressé dans la circonscription Est par rapport aux élections européennes de 2009. 42 000 électeurs de plus ont voté pour notre liste, soit une hausse de 50%, ce qui est exceptionnel dans ce contexte. J'en remercie d'autant plus chaleureusement au nom du Front de Gauche les électeurs qui ont choisi l'opposition de gauche aux politiques d'austérité et de libre-échange.  

Mais ce fut insuffisant, puisque le FDG ne bénéficie pas de la chute du PS et d’EELV.

Les responsables de la débâcle sont connus. F.Hollande et son gouvernement qui mènent une politique  de droite contre le peuple et notamment contre les catégories populaires, qui l’ont pourtant élu. L’Union européenne, qui est aujourd’hui perçue comme une menace et non plus comme une protection, du fait de l’austérité qu’elle impose à tous les peuples. Mais c’est toute la gauche qui est sanctionnée, même le FDG pourtant farouchement opposé aux politiques d’austérité de M. Hollande et de M. Valls.

Lire la suite...

MILITONS