• Le Ceta a un an : un an de trop

    L'accord de libre échange entre l'UE et le Canada a un an. Seulement 12 pays sur les 28 (27 sans le Royaume-Uni) ont ratifié l'accord. La France ne l'a pas encore signé. Pourtant, l'accord est en vigueur. Il est entré en application provisoire le 21 septembre 2017. C'est l'entourloupe qu'a trouvé la Commission pour imposer un projet que les peuples, et de nombreux représentants de leur pays ne veulent pas. Cette application provisoire est en soi un scandale démocratique...

    En savoir plus
  • Des coupes, des coupes encore et encore !

    Des coupes dans l’éducation et la santé pour financer les premiers de cordées ! A la fin c’est toujours le peuple qui porte les nobles sur ses épaules. Deux grandes annonces cette semaine ! Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education, a décidé de supprimer 1800 postes de fonctionnaires. Les services du ministère de l’Education nationale prévoient pourtant une hausse de 26 000 élèves en 2018 et de 40 000 élèves chaque année entre 2019 et 2021...

    En savoir plus
  • Les lobbys à Bruxelles - Le grand trafic néolibéral

    Un ouvrage de Gabriel Amard, #europeennes2019, Édition 2018 revue et augmentée.

    Sortie nationale le 22 août aux éditions www.graffic.fr, chez votre libraire préféré. 10 euros

    En savoir plus
  • Le droit à l'eau, un combat politique quotidien

    Je participe à l'organisation de la votation citoyenne organisée par la France insoumise dans la métropole de Toulouse pour passer en régie publique de l'eau. Au-delà de l'opportunité de la fin de la délégation de service public à Toulouse (dont voici les arguments), je souhaite partager avec vous ma philosophie sur la question.

    En savoir plus
  • Signez la pétition "STOP à la répression à Bure"

    Les militant.e.s écologistes ne sont pas des criminel.le.s ! Le mercredi 20 juin, plusieurs perquisitions se sont tenues aux domiciles d’opposant.e.s au projet d’enfouissement des déchets nucléaires Cigéo, ainsi qu’à la Maison de la Résistance de Bure. Au moins 10 militant.e.s dont l’avocat en droit de l’environnement Etienne Ambroselli qui défend les opposant.e.s au projet, ont été interpellé.e.s.

    En savoir plus
  • La Commission concocte en douce un budget pour les 7 prochaines années !

    Le 2 mai dernier, la Commission européenne a publié les documents du « cadre financier pluriannuel » pour les années 2021 à 2027, c’est à dire un budget sur 7 ans...

    En savoir plus
au fil de l'actualité

Une proposition du mouvement de " La France insoumise" pourrait ainsi se formuler : "La France insoumise propose que l'accès à l'eau et à l'assainissement de qualité pour toutes et tous soient considérés comme des droits fondamentaux à inscrire dans la constitution de la 6e République. La France insoumise propose un projet de loi sur la gestion publique de l'eau qui sera co-élaboré avec les gestionnaires, les associations citoyennes et d'usagers et les syndicats dans une concertation de l'échelon local à l'échelon national en associant les agences de l'eau. Pas question de nationaliser des installations et des actifs de l'eau et de l'assainissement qui appartiennent déjà aux collectivités. Nous défendrons dans ce processus de rédaction de la loi, une sortie en 5 ans des quelques 10 400 contrats privés de Délégations de Service public (DSP) et nous conforterons avec la Banque Publique d'investissement les 24 000 gestionnaires publics de l'eau et de l'assainissement qui existent déjà.

Nous encouragerons à renouveler le patrimoine de production et de distribution de l'eau afin de réduire rapidement les fuites, le gaspillage et les pollutions par un soutien financier et des prêts à 0%. Nous engagerons une mutation généralisée de l'agriculture en bio avec le soutien des régies de l'eau afin de faire disparaître les intrants et résidus des eaux de surface et souterraines. Comme le permet déjà le code général des collectivités territoriales nous défendrons l'ouverture de conseils d'exploitation des régies publiques aux usagers et à leurs salariés pour élaborer des projets d'accès à l'eau et à l'assainissement en commun et des règles de vie commune autour des champs de captage. Nous sortirons des modèles imposés en matière d'Assainissement Non Collectif. (ANC) qui laissent 12 millions de Français seuls pour régler leur problème en la matière. Puisque nous défendons que l'eau est l'égal de l'air que l'on respire nous proposons que l'accès à l'eau soit gratuit au domicile principal de chaque famille par la suppression des part fixe ou abonnements. Pour les tarifications après compteur nous sommes partisans des tarifications différenciées selon les usages (Professionnels, domestiques, résidences secondaires ou principales, temporaires, secours, conforts, luxes...). L'usage de l'eau dans la cuisine et la salle de bain ne peut pas être accessible dans les mêmes conditions que l'eau qui concoure à un chiffre d'affaire. Ce sera aux instances locales de co-gestion de l'eau dans déterminer les modalités. Fixer des périmètres de protections renforcés autour des champs de captages en concertation avec les communes et les usagers. Lancer un grand programme de phytoépuration pour en finir avec le "tout station d'épuration" qui coûte cher. ( Proposition pour le Projet sur www.jlm2017.fr )

suivez-moi

facebook

instagram

youtube

Canal Fi

Canal Fi est une « télé » insoumise qui diffuse en ligne des productions vidéo de la France insoumise, de personnalités de ce mouvement et de youtubeurs et youtubeuses.

boîte à outils

Agenda

Vidéos

Faites la loi vous mêmes

Audios

Téléchargements

Liens amis

Publications

Rechercher