• Le Ceta a un an : un an de trop

    L'accord de libre échange entre l'UE et le Canada a un an. Seulement 12 pays sur les 28 (27 sans le Royaume-Uni) ont ratifié l'accord. La France ne l'a pas encore signé. Pourtant, l'accord est en vigueur. Il est entré en application provisoire le 21 septembre 2017. C'est l'entourloupe qu'a trouvé la Commission pour imposer un projet que les peuples, et de nombreux représentants de leur pays ne veulent pas. Cette application provisoire est en soi un scandale démocratique...

    En savoir plus
  • Des coupes, des coupes encore et encore !

    Des coupes dans l’éducation et la santé pour financer les premiers de cordées ! A la fin c’est toujours le peuple qui porte les nobles sur ses épaules. Deux grandes annonces cette semaine ! Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education, a décidé de supprimer 1800 postes de fonctionnaires. Les services du ministère de l’Education nationale prévoient pourtant une hausse de 26 000 élèves en 2018 et de 40 000 élèves chaque année entre 2019 et 2021...

    En savoir plus
  • Les lobbys à Bruxelles - Le grand trafic néolibéral

    Un ouvrage de Gabriel Amard, #europeennes2019, Édition 2018 revue et augmentée.

    Sortie nationale le 22 août aux éditions www.graffic.fr, chez votre libraire préféré. 10 euros

    En savoir plus
  • Le droit à l'eau, un combat politique quotidien

    Je participe à l'organisation de la votation citoyenne organisée par la France insoumise dans la métropole de Toulouse pour passer en régie publique de l'eau. Au-delà de l'opportunité de la fin de la délégation de service public à Toulouse (dont voici les arguments), je souhaite partager avec vous ma philosophie sur la question.

    En savoir plus
  • Signez la pétition "STOP à la répression à Bure"

    Les militant.e.s écologistes ne sont pas des criminel.le.s ! Le mercredi 20 juin, plusieurs perquisitions se sont tenues aux domiciles d’opposant.e.s au projet d’enfouissement des déchets nucléaires Cigéo, ainsi qu’à la Maison de la Résistance de Bure. Au moins 10 militant.e.s dont l’avocat en droit de l’environnement Etienne Ambroselli qui défend les opposant.e.s au projet, ont été interpellé.e.s.

    En savoir plus
  • La Commission concocte en douce un budget pour les 7 prochaines années !

    Le 2 mai dernier, la Commission européenne a publié les documents du « cadre financier pluriannuel » pour les années 2021 à 2027, c’est à dire un budget sur 7 ans...

    En savoir plus
au fil de l'actualité

Comme nous l'écrivions déjà Paul Ariès et moi en 2010 dans l'ouvrage liberté, égalité gratuité " la crise sociale et écologique se conjuguent pour rendre plus que jamais nécessaire des politiques de gestions des biens communs". Le but est ici de satisfaire les besoins fondamentaux de chacun et de retisser les liens pour faire société. C'est là le rôle premier du service public local ou national. En outre le service public doit aussi servir à revivifier l'implication populaire. C'est pourquoi nous devons marcher progressivement vers la Gratuité des services publics locaux pour la construire avec les citoyennes et citoyens pour aller ensuite vers une gratuité des services nationaux.

C'est un combat des combats de notre temps. Il nous faut construire une adhésion populaire et large. La défense et l'extension de la gratuité est indispensable pour reprendre l'initiative sur les valeurs de Droite d'où qu'elles viennent. La Gratuité est indispensable au plan social, écologique et même humain parce qu’elle pose la question du choix politique: Que produit on? Comment? Pour qui? Ces choix sont à faire en lien avec les besoins des citoyens. On nous oppose que la Gratuité a un coût. Oui ceci impose des choix. C'est aussi l'occasion de donner la parole à ceux qui en sont privés ! Le passage à une société de Gratuité passe par un surcroît de démocratie, électorale oui mais surtout directe par des formes de co-gestions des Services publics avec les citoyens. La Gratuité oblige de changer la manière de faire de la politique. Veut on la Gratuité des parking ou la gratuité des compteurs pour avoir accès à l'eau gratuitement ? Ou préfère t'on la gratuité de la cantine des enfants? C'est une Révolution citoyenne que nous devons proposer pour que les usagers de la Cité se déterminent en fonction des usages. Nous pouvons débattre de la gratuité des bons usages vitaux, indispensables et du renchérissement des mésusages , du gaspillage. Une autre question: Doit on payer au même prix l'accès à l'eau vitale et l'accès à l'eau qui concourent à un chiffre d'affaire? Nous pourrons ici replacer au centre du débat la légitimité de l’impôt comme outil de redistribution et d'instauration de l'Egalité de tous face aux droits dans la Cité." Il n'y aura pas de société de la Gratuité sans une culture de la gratuité tout comme il n'y a pas de monde marchand sans une culture du marché" ( Contribution pour le Projet de la France insoumise : www.jlm2017.fr )

suivez-moi

facebook

instagram

youtube

Canal Fi

Canal Fi est une « télé » insoumise qui diffuse en ligne des productions vidéo de la France insoumise, de personnalités de ce mouvement et de youtubeurs et youtubeuses.

boîte à outils

Agenda

Vidéos

Faites la loi vous mêmes

Audios

Téléchargements

Liens amis

Publications

Rechercher