Communiqués

Nous soutenons la grève des personnels du Centre culturel Les Cordeliers et dans leur adresse aux élu-e-s d’ECLA

AddThis Social Bookmark Button

Communiqué de Gabriel Amard, co-initiateur du Rassemblement citoyen Bourgogne-Franche-Comté

La perte cet été de 1,6 équivalent temps plein et dans l’attente de la prise de fonction du nouveau directeur le 5 octobre prochain, les personnels du Centre culturel communautaire des Cordeliers ne peuvent plus assurer normalement la qualité du service public.

L'accueil du public n'est que la part visible des tâches qui incombent aux personnels de médiathèque : la préparation des collections, des manifestations culturelles occupe une place importante de leur temps de travail. Or monsieur Pélissard et l'ECLA semblent l’ignorer. Pire, ils ont l’air de faire exprès de ne pas l’entendre.

Les agents du Centre culturel ont besoin en urgence de recrutement, et de remplacer deux collègues, ce avant même l’arrivée du nouveau directeur.

En conséquence de ce manque de personnel, l’ouverture de la Médiathèque le Dimanche n’est pas tenable. Ce travail supplémentaire, que les agents ne remettent pas en cause, doit être reconnu de la part de la communauté d’Agglomération.

Cette reconnaissance passe par la stabilisation des personnels contractuels (1 sur 3) et une revalorisation salariale pour le travail du dimanche, demandée par les grévistes et la CGT. En effet, les compensations sont aujourd’hui dérisoires.
Ce sont deux revendications légitimes, que nous soutenons pleinement.

Pour toutes ces raisons, nous partageons pleinement les inquiétudes et les revendiquons des personnels en grève, soutenus par la CGT et demandons à monsieur Jacques Pélissard de prendre toutes les dispositions nécessaires pour régler ce conflit social.

En outre, nous appelons les citoyen-ne-s à ne pas hésiter à faire parvenir un message de soutien aux agents du Centre culturel. Nous pouvons le faire à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

MILITONS