• 16 juin : Bure s'invite à Bar

    Celles et ceux qui lisent mon blog savent que depuis plusieurs années je soutiens les opposant.e.s au projet d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure. En effet, je me suis exprimé à plusieurs reprises pour défendre la légitimité et la valeur de leur expertise citoyenne, pour valoriser les formes nouvelles de mobilisation politique qui s'y développaient, pour s'opposer aux grands projets inutiles, a fortiori quand ceux-ci sont radioactifs !

    En savoir plus
  • Mark Zuckerberg, sacré lobbyiste !

    C’est rare quand Mark Zuckerberg troque son tee-shirt gris pour un costume cravate. Alors quand ça arrive, on se dit que ça doit être pour les grandes occasions. C’était le 10 avril 2018 pour son audition au Sénat, suite au scandale Cambridge Analytica. L’entreprise, au service du candidat Donald Trump, aurait aspiré les données personnelles près de cent millions d’utilisateurs de Facebook (à son insu) pour ensuite influencer leur vote...

    En savoir plus
  • La Commission concocte en douce un budget pour les 7 prochaines années !

    Le 2 mai dernier, la Commission européenne a publié les documents du « cadre financier pluriannuel » pour les années 2021 à 2027, c’est à dire un budget sur 7 ans...

    En savoir plus
  • Débusquons les Lobbys ?

    Ils s’insinuent dans nos assiettes, dans nos robinets, dans nos trajets, dans l’atmosphère. Ils forcent l’entrée de nos écoles, de nos gares, de nos hôpitaux. Ils tirent les ficelles de dirigeants au mieux complaisant pour leur permettre de répandre leur camelote dans toute l’Europe : glyphosates et pesticides, travail au rabais et autres casses sociales, réseau ferroviaire dépecé et autres privatisations de nos biens communs...

    En savoir plus
  • Les lobbys en Europe - Le grand trafic néolibéral

    Gabriel Amard a lutté pendant 25 ans, pour sortir les lobbys et la finance de la vie communale. Son combat le plus emblématique est sans nul doute celui contre les multinationales de l’eau, qu’il raconte dans La Guerre de l’eau, et L’eau n’a pas de prix. Pour toutes ses actions en faveur des biens communs du vivant, il s’est vu remettre un passeport de citoyenneté universelle à la Maison de l’UNESCO en mai 2013.

    En savoir plus
au fil de l'actualité

Le groupe Vallourec constate une baisse de son chiffre d'affaires de 17,2%. Le producteur de tubes sans soudures, leader mondial du secteur, a pour client les compagnies pétrolières et nucléaires. Face à la baisse des cours de brut, les clients de Vallourec revoient très fortement à la baisse leurs investissements, ce qui entraîne une chute des commandes de Vallourec. Ce dernier prévoit de réduire d'un tiers ses capacités de production de tubes en Europe.

Le PDG a donc annoncé une politique de compétitivité axée sur un plan d’économies (350 millions d’euros) et de suppressions de postes, dont 2000 (15% des effectifs) en Europe et 900 en France. Les sites de Montbard (Nièvre) et de Saint-Saulve et Aulnoye-Aymeries (Nord) seront vivement touchés.

Mais si l'austérité frappe les travailleurs de Vallourec, qu'en est-il de ses actionnaires ? Rien. Ils conservent exactement la même rémunération en dividendes, d'un rendement de 3,3%. Par ailleurs, la rémunération globale du PDG Philippe Crouzet serait d'environ les 1,3 millions d'euros par an. Une nouvelle fois, la crise ne touche pas les dirigeants ! Les salariés trinquent, les actionnaires dorment tranquilles. La décence morale mais aussi la rationalité économique voudrait que le plan d'économies prévoie une baisse de la rémunération des actionnaires de même ampleur.

Le gouvernement, sans surprise, est une nouvelle fois passif dans la crise industrielle et sociale qui s'annonce. Alors qu'il devrait flécher l'argent du Crédit d'impôt compétitvité emploi (CICE) vers les entreprises engagées dans la transition énergétique et contrôler son usage ; alors qu'il pourrait participer au capital de Vallourec - deuxième plus petite capitalisation boursière du CAC 40 - afin de peser sur les orientations du groupe et baisser la rémunération des actionnaires, il ne fait rien. Nonchalemment, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron affirme prendre acte de la décision, et veiller à la bonne tenue du dialogue social.

Le gouvernement n'est pas à la hauteur des enjeux. La situation sociale et industrielle de la France exige que la puissance publique prenne des décisions volontaristes. L’Etat stratège devrait mettre en place la planification écologique en réorganisant les industries nationales vers la transition énergétique. Le financement pourrait être assuré via des prêts à bas taux de la Caisse des Dépôts et des Consignations, de la Banque publique d’investissement, mais aussi au niveau européen par une amélioration du plan Juncker (plan d'investissements composé de 23 milliards d'euros publics sur un total de 321 millards), où les capitaux publics devraient être plus élevés.

suivez-moi

facebook

instagram

boîte à outils

Agenda

Vidéos

Faites la loi vous mêmes

Audios

Téléchargements

Liens amis

Publications

Rechercher