• Le Ceta a un an : un an de trop

    L'accord de libre échange entre l'UE et le Canada a un an. Seulement 12 pays sur les 28 (27 sans le Royaume-Uni) ont ratifié l'accord. La France ne l'a pas encore signé. Pourtant, l'accord est en vigueur. Il est entré en application provisoire le 21 septembre 2017. C'est l'entourloupe qu'a trouvé la Commission pour imposer un projet que les peuples, et de nombreux représentants de leur pays ne veulent pas. Cette application provisoire est en soi un scandale démocratique...

    En savoir plus
  • Des coupes, des coupes encore et encore !

    Des coupes dans l’éducation et la santé pour financer les premiers de cordées ! A la fin c’est toujours le peuple qui porte les nobles sur ses épaules. Deux grandes annonces cette semaine ! Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education, a décidé de supprimer 1800 postes de fonctionnaires. Les services du ministère de l’Education nationale prévoient pourtant une hausse de 26 000 élèves en 2018 et de 40 000 élèves chaque année entre 2019 et 2021...

    En savoir plus
  • Les lobbys à Bruxelles - Le grand trafic néolibéral

    Un ouvrage de Gabriel Amard, #europeennes2019, Édition 2018 revue et augmentée.

    Sortie nationale le 22 août aux éditions www.graffic.fr, chez votre libraire préféré. 10 euros

    En savoir plus
  • Le droit à l'eau, un combat politique quotidien

    Je participe à l'organisation de la votation citoyenne organisée par la France insoumise dans la métropole de Toulouse pour passer en régie publique de l'eau. Au-delà de l'opportunité de la fin de la délégation de service public à Toulouse (dont voici les arguments), je souhaite partager avec vous ma philosophie sur la question.

    En savoir plus
  • Signez la pétition "STOP à la répression à Bure"

    Les militant.e.s écologistes ne sont pas des criminel.le.s ! Le mercredi 20 juin, plusieurs perquisitions se sont tenues aux domiciles d’opposant.e.s au projet d’enfouissement des déchets nucléaires Cigéo, ainsi qu’à la Maison de la Résistance de Bure. Au moins 10 militant.e.s dont l’avocat en droit de l’environnement Etienne Ambroselli qui défend les opposant.e.s au projet, ont été interpellé.e.s.

    En savoir plus
  • La Commission concocte en douce un budget pour les 7 prochaines années !

    Le 2 mai dernier, la Commission européenne a publié les documents du « cadre financier pluriannuel » pour les années 2021 à 2027, c’est à dire un budget sur 7 ans...

    En savoir plus
au fil de l'actualité

Le jeudi 26 mars, le tribunal de Grande Instance de Nanterre a estimé que les associations Réseau "Sortir du nucléaire", Bure Stop 55, le CEDRA, l’ASODEDRA, Les Habitants Vigilants de Gondrecourt et MIRABEL Lorraine Nature Environnement n'avaient pas intérêt à agir dans le recours qu'elles ont porté contre l'ANDRA (Agence pour la gestion des déchets radioactifs), au motif que seules les autorités publiques sont abilitées à poursuivre l'agence pour faute. Le TGI a ainsi refusé de prendre acte de la faute commise par l'ANDRA dans sa mission d'information.

Il semble en effet que l'agence n'ait pas tenu compte de tous les critères de sûreté. L'ANDRA se refuse à enfouir des déchets nucléaires dans une zone où le potentiel géothermique est avéré. Sa mission d'information confirmait l'absence de ce potentiel. Or le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), le cabinet d’experts indépendants GEOWATT et l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) reconnaissent aujourd'hui cette ressource géothermique comme exploitable.

 

D'après les associations, « Si la ressource géothermique venait à être exploitée dans plusieurs siècles, les conséquences de la perforation des alvéoles de stockage et, de ce fait, des conteneurs de déchets seraient gravissimes pour la santé et la sécurité des populations. »

Avec le Parti de Gauche nous soutenons pleinement ces associations dans leur combat.

Il est nécessaire de respecter toutes les normes en matière d'enfouissement des déchets nucléaires tant que celui-ci demeure la norme.

De manière plus large, l'enfouissement irréversible est une mauvaise solution, puisque les déchets radioactifs détériorent fortement le sous-sol et les terres, contaminent les ressources en eau et en organisant l'oubli induisent un risque imprévisible pour les générations futures. Le Gouvernement doit donc agir pour mettre fin à l'enfouissement des déchets nucléaires, privilégier l'entreposage au sol surveillé, de manière à conserver la réversibilité des choix publics.

Une sortie progressive du nucléaire accompagnée par une hausse de même ampleur des énergies renouvelables dans le mix énergétique devient indispensable.

Pour en savoir plus : http://www.sortirdunucleaire.org/Affaire-du-potentiel-geothermique-de-Bure-les

suivez-moi

facebook

instagram

youtube

Canal Fi

Canal Fi est une « télé » insoumise qui diffuse en ligne des productions vidéo de la France insoumise, de personnalités de ce mouvement et de youtubeurs et youtubeuses.

boîte à outils

Agenda

Vidéos

Faites la loi vous mêmes

Audios

Téléchargements

Liens amis

Publications

Rechercher